L'auteur définit son style littéraire

"Ma philosophie a toujours été influencée par le socialisme et mon style littéraire par le réalisme," explique l'écrivain.  "Je suis persuadé que c'est seulement en écrivant dans un style aussi réaliste que possible que je pourrai révéler la misère du peuple et lui suggérer une solution pour s'en sortir.  J'ai souvent utilisé des ballades et des contes populaires dans mes œuvres. Je crois qu'ils aident ces gens à me lire plus facilement et en même temps me permettent de rester fidèle aux structures classiques de notre littérature traditionnelle.

"Je ne suis pas d'accord avec ceux qui abandonnent nos règles esthétiques traditionnelles au profit des normes occidentales, et qui se coupent, de ce fait, d'eux-mêmes de nos valeurs profondes.  Notre littérature populaire est enracinée dans notre langue parlée, source d'inspiration réellement très riche, aux possibilités sans fin.  Si un auteur qui écrit pour le peuple néglige cet héritage, il s'aliène inévitablement ses lecteurs.

"Je considère le succès croissant de CEMO comme un signe du réveil de ceux qui sont opprimés par les aghas (grands seigneurs féodaux).  Cela me rend très heureux.  Mais mon plus grand bonheur sera de voir le jour où mon peuple exigera l’application des droits qui lui ont été accordés par la Constitution, où des réformes fondamentales seront réalisées, et où les Cemos, les Memos et les Senems deviendront enfin des êtres humains libres." (Kemal Bilbasar, préface de la seconde édition de CEMO)